Préparer votre sortie en famille

Comprendre ou aimer le théâtreflèche pour voir plus de texte

Je comprends ou j’aime le théâtre

Pour la plupart des spectateurs, l’impact de l’œuvre elle-même est primordial. Mais le spectateur sent souvent le besoin de comprendre ce que l’artiste a voulu dire pour enrichir sa propre perception de l’œuvre. Réaction d’adulte, il va sans dire. Quand le spectateur est un enfant, les adultes ont une réaction d’adulte et se préoccupent de vérifier si l’enfant a bien saisi le message, s’il a compris ce que l’artiste a voulu dire.

Or, pour comprendre les intentions d’un artiste, il faut le connaître. Qui plus est, comprendre quelqu’un ne se fait pas lors d’une première rencontre. On peut aussi se demander si l’artiste se comprend vraiment lui-même! Une partie de son travail est inconscient. L’artiste arrive souvent à se comprendre après coup, après le geste de création, en analysant son œuvre. Demeurent des zones mystérieuses. Sa propre vision de l’œuvre n’est pas complète. Elle n’est surtout pas la même que celle de ceux qui la regardent.

Dans l’art comme dans toute relation humaine, il y a souvent des écarts entre la perception qu’on a de soi-même et celle que les autres ont de nous. Une personne s’exprime et d’autres l’écoutent. Cette relation fait appel à des réactions très subjectives de part et d’autre. Et cette subjectivité, dénigrée dans bien des domaines, fait partie intégrante de la relation artiste-spectateur dans le monde de la création.

Se laisser toucher par une œuvre à partir de sa propre expérience est l’élément déclencheur d’une relation intense entre une œuvre d’art et un spectateur, fût-il un enfant. L’analyse de l’œuvre et la connaissance de l’artiste qui a produit cette œuvre viendront compléter le tableau.

Je n’ai pas compris, mais j’ai aimé

Il arrive quelquefois, après le spectacle, qu’un enfant dise : ” Je n’ai pas tout compris, mais j’ai aimé “. Pendant une heure ou deux, l’enfant a voyagé dans sa tête, a été ému; il a été atteint dans son inconscient, mais ne sait pas immédiatement ce que tout cela veut dire. Il est heureux sans savoir pourquoi, il se sent grandi parce qu’il a été impliqué dans le spectacle par sa sensibilité et son imagination; il sait que le temps lui fera comprendre les choses, les faisant remonter à la surface au moment où il s’y attendra le moins.

Les enfants ont cette grande possibilité de sentir sans pouvoir nommer. Encouragez-les à avoir confiance en leur vision des choses, surtout lorsqu’il s’agit d’une œuvre d’art. Encouragez leur créativité et acceptez qu’elle soit différente de la vôtre. Acceptez même que leur vision des choses soit plus intéressante que la vôtre.

Si les artistes créent pour les jeunes, c’est qu’ils ont confiance en ceux-ci et qu’ils croient en eux. Ils ont envie de leur dire qu’ils ont le pouvoir de changer le monde. Ils sont là pour les encourager à le faire.

Comment vérifier ce que les enfants ont compris

Parce qu’il est difficile de faire parler les jeunes enfants, il faut leur poser des questions qui vont vous permettre de sentir ce qu’ils ont perçu. Il faut y aller à partir d’événements clés; par exemple, qui est tel personnage, que fait-il à tel endroit, que vient faire tel autre, pourquoi telle image, etc. Par leurs réponses, vous sentirez ce qu’ils ont perçu. Mais si vous leur demandez de raconter d’un souffle le spectacle, ils vont se perdre dans le dédale de leurs souvenirs, entremêlant les situations comme ils ont l’habitude de le faire. Ils peuvent alors donner l’impression que beaucoup de choses leur ont échappé.

Par contre, se remémorer un à un les moments du spectacle et poser des questions simples et factuelles vous permettra de constater que les enfants se souviennent de tout et, surtout, qu’ils ont fait des liens très justes.

Les artistes et les enfantsflèche pour voir plus de texte

Les artistes qui créent pour les jeunes

Les compagnies que les diffuseurs accueillent ont, pour la plupart, entre vingt à trente ans d’existence et se consacrent, en général, exclusivement à la création théâtrale pour le jeune public. C’est dire, qu’au fil des ans, ces artistes ont développé une expertise, vérifié leur démarche et cherché à rejoindre les jeunes en repoussant les frontières de ce qu’on détermine comme acceptable pour eux. Et cela, les artistes le font dans le respect et dans l’écoute, conscients que les jeunes font partie du même monde que nous. Ces artistes développent aussi des formes dramaturgiques pour leur public, ce qui a permis à ce théâtre d’être reconnu comme un art à part entière qui explore des voies que celui pour adulte néglige ou a oubliées, comme le caractère ludique, l’inventivité en matière visuelle, le métissage des genres et la découverte de nouveau (théâtre acrobatique, par exemple). Lorsque les diffuseurs programment un spectacle, ils ne cherchent pas nécessairement le spectacle parfait. Ce qui compte dans leur sélection, c’est qu’un spectacle, en plus d’être de grande qualité artistique, propose aux jeunes une vision du monde qui les stimule, les provoque même et réjouisse le cœur et la tête.

L’enfant : un être en apprentissage

Élever un enfant, éduquer un enfant, c’est lui apprendre, lui montrer, lui démontrer. C’est du moins ce que pensent certains adultes qui gravitent autour des enfants. Mais il y a un autre rôle qui revient à l’adulte, celui de mettre l’enfant en contact avec lui-même et avec sa liberté, en d’autres termes, celui de jouer le rôle de phare. Dans cette démarche, l’art et la création artistique sont des outils de marque.

L’enfant placé devant un spectacle peut, selon son âge, soit se laisser aller complètement à ce qu’il voit, entend, sent, soit chercher à tout comprendre comme on lui dit de le faire dans d’autres domaines. L’adulte qui accompagne l’enfant au théâtre doit pousser l’enfant à être à l’écoute de son intuition, de son imagination et de sa liberté créatrice. Bien sûr, il y a différentes sortes de spectacles. Certains racontent une histoire que les enfants suivent sans peine, d’autres sont plus éclatés, provoquant leur créativité, mais tous font appel à la transposition du réel pour stimuler leur imagination par le décor, les éclairages, la langue.

Il y a donc toujours une certaine distorsion entre le réel et sa représentation sur une scène et c’est dans cette distorsion que la subjectivité du spectateur intervient.

Je suis ce que je suis

Les artistes qui créent pour les enfants sont des adultes. Ils ne sont donc plus des enfants… Quand les artistes s’adressent aux enfants, c’est qu’ils sont sensibles à ce que les enfants vivent et qu’ils ont envie de leur communiquer une certaine vision du monde. Le monde des enfants les fascine. On dit souvent qu’un bon spectacle pour enfants est un spectacle qui les touche, mais aussi un spectacle dans lequel on reconnaît l’adulte dans le créateur. Un bon spectacle pour enfants n’est donc pas condescendant.

Les adultes qui accompagnent les enfants au théâtre doivent prendre conscience des écarts entre leur compréhension et celle de l’enfant. Le spectacle propose toujours plusieurs niveaux de lecture. Et les spectacles seront d’autant plus riches qu’ils rejoindront des publics différents. L’adulte doit accepter que l’enfant n’ait pas compris la même chose que lui.

Personnellement, en tant qu’artiste, quand des enfants sont attentifs au spectacle et qu’ils me disent qu’ils n’ont pas compris, je ne suis pas du tout frustré. Si l’enfant écoute et regarde, c’est qu’il ne s’ennuie pas. Le chemin que fait l’œuvre en lui n’est pas toujours évident et j’accepte volontiers qu’il en soit ainsi. Je suis ce que je suis avec mon expérience et mon imaginaire et c’est très bien. Chez les enfants, c’est la même chose!

Des traces pour demain

Il nous arrive, à l’âge adulte, de décrire certains moments qui ont marqué notre enfance et ces récits étonnent souvent ceux qui étaient les adultes de l’époque. L’enfant ne peut tout exprimer, il sent les choses, elles s’impriment en lui. Et ce n’est que plusieurs années plus tard, par le souvenir, qu’il en saisit toute l’importance.

Se préparer au spectacleflèche pour voir plus de texte

La préparation des jeunes avant l’arrivée au théâtre

Ce qui est important de mettre en perspective est la notion de découverte, d’aventure et de plaisir. En effet, leur ouverture et leur disponibilité sont les deux aspects sur lesquels il vous faut travailler avant le spectacle. Pour ce faire, sans raconter toute l’histoire, vous pouvez leur parler de la pièce en la résumant. Vous pouvez aussi les préparer au genre de théâtre qu’ils vont voir : théâtre de marionnettes, d’acteurs, poétique, réaliste. Vous pouvez également parler du théâtre de façon générale : par exemple, de la présence des acteurs devant eux qui doit amener un respect et une dynamique entre le public et les acteurs, ce qui distingue le théâtre du cinéma et de la télé. Les enfants doivent aussi savoir que le théâtre est l’art de la suggestion, c’est-à-dire qu’il ne reproduit pas la réalité et que le spectateur l’interprète selon ses propres expériences et sa personnalité.

Aux plus jeunes dont c’est la première expérience au théâtre, vous pouvez expliquer comment cela va se passer, c’est-à-dire leur parler de la salle, de l’obscurité, des éclairages, de l’écoute.

Au théâtre

Une fois tous les spectateurs bien installés dans la salle, un représentant du théâtre peut s’adresser à eux avant la représentation. Ceci a pour but de permettre la transition entre le brouhaha de l’arrivée et le début du spectacle. Ce petit mot d’introduction amène les enfants au silence et oriente leur attention vers la scène.

Il peut arriver qu’il y ait des éléments perturbateurs dans la salle pendant la représentation. Il y a habituellement un responsable du lieu de diffusion parmi les spectateurs, mais il revient d’abord à vous, accompagnateurs, de réagir, si c’est nécessaire. En général, c’est le spectacle qui fixe l’attention des jeunes, mais si certains enfants perturbent l’atmosphère, pour le bien-être des autres, il faut réagir.

À moins d’urgence, il faut aussi demander aux enfants de ne pas sortir pendant la représentation parce que tout mouvement dans la salle peut perturber l’attention générale et avoir un effet d’entraînement fort nuisible.

Après le spectacle

Que ce soit sur le chemin du retour, le moment d’échange après le spectacle est très précieux et très riche, mais il peut aussi tuer la magie du théâtre. Les enfants, comme les adultes, peuvent ou non avoir envie de parler du spectacle ; il faut les respecter. L’adulte accompagnateur doit tenter de créer le climat propice à un échange en toute liberté entre les enfants. Dès lors, des points de vue peuvent se rencontrer et évoluer. Bien sûr, l’adulte peut orienter les échanges, mais comme les enfants manquent parfois de confiance en leur opinion, il est possible que le point de vue de l’adulte biaise leurs réactions. Afin de faciliter l’expression de leurs émotions, l’accompagnateur peut proposer aux jeunes d’utiliser le dessin ou l’écriture, selon l’âge, pour rendre compte de ce qu’ils ont vu et perçu.

Enfin, puisque l’art demeure un phénomène de subjectivité, vous ne pouvez vous attendre à ce que tous apprécient également un spectacle. Mais vous pouvez travailler avec les jeunes à raffiner leur sens critique. Rien n’est jamais tout à fait noir ou tout à fait blanc. Dans tout spectacle, on peut trouver des éléments positifs qui donnent le goût de retourner au théâtre pour le voyage qu’il propose et l’aventure qu’il fait toujours vivre.

Sortir avec les tout-petitsflèche pour voir plus de texte

On entend souvent : “Ma fille de 2 ans et demi bouge constamment, comment pourrais-je l’amener au théâtre?” ou “Mon fils commente tout ce qu’il voit, alors tu imagines pendant un spectacle?”. En fait, à partir de quel âge est-il pertinent de sortir au théâtre avec un enfant de moins de 5 ans? Les spectacles sont-ils adaptés?

Entendez ici la parole de parents, d’artistes et de créateurs pour la petite enfance qui se prononcent sur leur vécu avec les tout-petits (0-5 ans) qui entrent en contact avec le spectacle vivant.

Accompagner le tout-petitflèche pour voir plus de texte

Des œuvres adaptées aux tout-petits pour un riche voyage émotionnel, pistes de réflexion…

Le Théâtre jeunesse Les Gros Becs propose des œuvres adaptées aux tout-petits qui s’adressent également à vous, adultes qui les accompagnez. Découvrir un spectacle et le partager avec votre tout-petit, c’est faire un voyage émotionnel vers l’inattendu, l’inconnu. Pour que cette première sortie au théâtre soit des plus riches, voici quelques pistes de réflexion.

Le mimétisme

Vous le savez, l’enfant apprend par mimétisme. En tant qu’adulte, vous êtes donc sa référence quant à la manière dont se comporte un spectateur. Pour que l’enfant profite du spectacle, eh bien, profitez vous-même du spectacle! Les artistes vous offrent une œuvre adaptée aux tout-petits qui s’adresse également aux plus grands qui les accompagnent.

L’écoute

Certains enfants peuvent se lever, se tourner dos à la scène, faire des sons, etc. Tant que l’enfant est confortable et qu’il ne perturbe pas le bon déroulement du spectacle, il est souhaitable de le laisser apprécier le spectacle à sa façon même si elle ne correspond pas à ce que vous imaginiez être le « bon » comportement.

La parole

Autant que possible, si vous avez à intervenir, privilégiez les gestes et non la parole. Vous permettrez ainsi aux autres de profiter du spectacle. D’autre part, notez qu’il n’est pas nécessaire de nommer ce que les enfants voient et entendent. Faites confiance à leur capacité à entendre, voir et ressentir le spectacle, à leur façon.

Un objet réconfort

Pour accompagner le tout-petit à sa première visite au théâtre, il est possible d’apporter son objet réconfort (toutou ou doudou) pour lui permettre de se sentir plus rassuré.

Les pleurs

Parfois, la rencontre avec l’inconnu, le noir de la salle ou un élément du spectacle peut surprendre et déclencher une émotion forte chez un jeune enfant. N’hésitez pas à le prendre dans vos bras s’il en a besoin et à vous éloigner un peu. Quand il sera rassuré, vous pourrez retrouver vos places doucement.

Une sortie de salle

Si un enfant est très inconfortable et que malgré votre présence rassurante il continue de vivre un malaise, un préposé à l’accueil pourra vous accompagner vers une sortie. Peut-être que l’enfant est fatigué ou que ce n’est tout simplement pas un bon moment pour lui d’accueillir un spectacle.

Règle générale, si vous vous sentez calme et confortable, l’enfant risque de se sentir calme et confortable aussi. Si vous avez des questions ou des inquiétudes, n’hésitez pas à en faire part au personnel d’accueil.

——————————

« Accompagner au théâtre un très jeune enfant, ce serait donc d’abord

PARTAGER UN TEMPS AVEC LUI.

Être là ensemble pour regarder une même représentation,

Être disponible pour l’aider discrètement à avancer là où il veut.

Ce serait maintenir une présence attentive auprès de lui, une parole à son adresse

pour qu’il puisse laisser libre cours aux émotions qui surgissent sans qu’il s’y attende, sans pour autant être envahi ou débordé et ainsi continuer, s’il le désire, à regarder le spectacle. »

Extrait tiré de “Les bébés vont au théâtre” de Patrick Ben Soussan et Pascale Mignon