COMPRENDRE OU AIMER LE THÉÂTRE

Nous avons demandé à un artiste, Serge Marois, auteur et metteur en scène, de partager son expérience du théâtre, de l'éducation et des jeunes.


Nous vous invitons à enrichir ces témoignages en nous envoyant vos textes à info@lesgrosbecs.qc.ca.



TÉMOIGNAGE DE SERGE MAROIS, AUTEUR ET METTEUR EN SCÈNE


Je comprends ou j'aime le théâtre
Comprendre v. tr. : déchiffrer, décoder, saisir, interpréter, sentir. Le dictionnaire donne plusieurs définitions au mot comprendre. Un grand éventail, de la raison (déchiffrer, décoder) à l'intuition (sentir).

Que veut dire comprendre quand on parle d'art? Est-ce comprendre exactement ce que l'artiste a voulu dire, est-ce comprendre l'œuvre elle-même, est-ce se comprendre soi-même à travers l'œuvre que l'on regarde?

Pour la plupart des spectateurs, l'impact de l'œuvre elle-même est primordial. Mais le spectateur sent souvent le besoin de comprendre ce que l'artiste a voulu dire pour enrichir sa propre perception de l'œuvre. Réaction d'adulte, il va sans dire. Quand le spectateur est un enfant, les adultes ont une réaction d'adulte et se préoccupent de vérifier si l'enfant a bien saisi le message, s'il a compris ce que l'artiste a voulu dire.

Or, pour comprendre les intentions d'un artiste, il faut le connaître. Qui plus est, comprendre quelqu'un ne se fait pas lors d'une première rencontre. On peut aussi se demander si l'artiste se comprend vraiment lui-même! Une partie de son travail est inconscient. L'artiste arrive souvent à se comprendre après coup, après le geste de création, en analysant son oeuvre. Demeurent des zones mystérieuses. Sa propre vision de l'œuvre n'est pas complète. Elle n'est surtout pas la même que celle de ceux qui la regardent.

Encore une fois, dans l'art comme dans toute relation humaine, il y a souvent des écarts entre la perception qu'on a de soi-même et celle que les autres ont de nous. Une personne s'exprime et d'autres l'écoutent. Cette relation fait appel à des réactions très subjectives de part et d'autre. Et cette subjectivité, dénigrée dans bien des domaines, fait partie intégrante de la relation artiste-spectateur dans le monde de la création.

Se laisser toucher par une oeuvre à partir de sa propre expérience est l'élément déclencheur d'une relation intense entre une oeuvre d'art et un spectateur, fût-il un enfant. L'analyse de l'œuvre et la connaissance de l'artiste qui a produit cette oeuvre viendront compléter le tableau.

 

« Je n'ai pas compris, mais j'ai aimé »
Il arrive quelquefois, après le spectacle, qu'un enfant dise : " Je n'ai pas tout compris, mais j'ai aimé ". Pendant une heure ou deux, l'enfant a voyagé dans sa tête, a été ému; il a été atteint dans son inconscient, mais ne sait pas immédiatement ce que tout cela veut dire. Il est heureux sans savoir pourquoi, il se sent grandi parce qu'il a été impliqué dans le spectacle par sa sensibilité et son imagination; il sait que le temps lui fera comprendre les choses, les faisant remonter à la surface au moment où il s'y attendra le moins.

Les enfants ont cette grande possibilité de sentir sans pouvoir nommer. Encouragez-les à avoir confiance en leur vision des choses, surtout lorsqu'il s'agit d'une oeuvre d'art. Encouragez leur créativité et acceptez qu'elle soit différente de la vôtre. Acceptez même que leur vision des choses soit plus intéressante que la vôtre.

Si les artistes créent pour les jeunes, c'est qu'ils ont confiance en ceux-ci et qu'ils croient en eux. Ils ont envie de leur dire qu'ils ont le pouvoir de changer le monde. Ils sont là pour les encourager à le faire.

Comment vérifier ce que les enfants ont compris
Parce qu'il est difficile de faire parler les jeunes enfants, il faut leur poser des questions qui vont vous permettre de sentir ce qu'ils ont perçu. Il faut y aller à partir d'événements clés; par exemple, qui est tel personnage, que fait-il à tel endroit, que vient faire tel autre, pourquoi telle image, etc. Par leurs réponses, vous sentirez ce qu'ils ont perçu. Mais si vous leur demandez de raconter d'un souffle le spectacle, ils vont se perdre dans le dédale de leurs souvenirs, entremêlant les situations comme ils ont l'habitude de le faire. Ils peuvent alors donner l'impression que beaucoup de choses leur ont échappé.

Par contre, se remémorer un à un les moments du spectacle et poser des questions simples et factuelles vous permettra de constater que les enfants se souviennent de tout et, surtout, qu'ils ont fait des liens très justes.

Serge Marois
Directeur artistique et général de L'Arrière Scène
Centre dramatique pour l'enfance et la jeunesse en Montérégie
(c)Théâtre L'Arrière-scène inc., 1999